Mathématiques et philosophie en seconde : qu’est-ce qu’un nombre ?

vendredi 5 septembre 2014
par  Bruno MORIN , Stéphane GOMBAUD

Compte rendu d’une expérience d’initiation à la philosophie en classe de seconde en lien avec les mathématiques, autour du thème « Qu’est-ce qu’un nombre ? ».

Philosophie

Des nombres à la philosophie

Présentation

Notre atelier de l’IREM, conjuguant les deux disciplines des mathématiques et de la philosophie, a pour partie pratique, au lycée Leconte-de-Lisle, une intervention ciblée d’un professeur de philosophie en classe de seconde.

Cette année nous avons choisi le thème « Qu’est-ce qu’un nombre ? ». Devant les élèves, il s’agit d’inciter à un questionnement, à une réflexion portant sur ce qui semble simple, car habituel voire coutumier, pour remettre en cause des idées naïves sur le sens de ce qui est fait en classe. Nous poursuivons globalement trois buts :

  • Introduire du vocabulaire technique (définition nominale/réelle ; extension/ compréhension d’un concept ; a priori/ a posteriori ; continu/discret), enrichir la langue pour évoquer la nature particulière des objets mathématiques et insister sur le fait que les mathématiques, en tant que science formelle, forment une discipline atypique, dégageant non des lois du réel mais étudiant, en lien avec la logique formelle, la nature de relations pouvant exister entre des choses, des individus ou des groupes d’individus. –-* Parler des mathématiques comme d’une science ayant une dimension historique, ayant des auteurs, des créateurs, science ayant mis du temps à se construire et continuant à se construire.
  • Il s’agit de s’opposer à l’image simpliste des mathématiques comme matière scolaire aux mains des professeurs, en tant que telle indiscutable et indiscutée de fait.
  • Inciter à la réflexivité en rappelant que pour des mathématiciens comme des philosophes la question du fondement a été essentielle... ou celle de la valeur. Dans le cas des nombres la question de l’existence reste posée.

La question « Qu’est-ce qu’un nombre ? » se prête bien à ces trois objectifs. Avant de voir comment nous avons procéder avec les élèves, chacun de notre côté puis collégialement, voici un développement épistémologique rapide recoupant en partie les trois points qui viennent d’être évoqués.

D’abord, il ne manque pas de définitions du nombre. Chaque époque en produisant d’abondance. Ajoutons que le sens de la question « Qu’est-ce que... ? » ne se réduit pas à la production d’une définition ! Un consensus prévaut aujourd’hui chez les lexicographes, faiseurs de dictionnaires : le nombre du mathématicien n’est pas un objet qui puisse se définir ! Et sur le Net une rapide recherche démontre que pour celui qui pose la question « Qu’est-ce qu’un nombre ? » c’est l’occasion de bien vite bifurquer vers d’autres questions auxquelles il y a ou il y aurait une réponse possible : « Qu’est-ce qu’un nombre naturel, décimal, rationnel etc. ». Et si l’on ouvre d’autres sommes de connaissance, comme l’Encyclopédie, « Qu’est-ce qu’un nombre entier, fractionnaire, commensurable, sourd, pair, impair, premier, carré, triangulaire, homogène etc.? ».

À défaut de définir en compréhension le nombre d’une manière satisfaisante ou unanime, on préfère la stratégie du catalogue, de la définition seulement en extension, « Que peut-on mettre sous la dénomination de nombre ? ». C’est le formidable « bestiaire » ou « zoo » des nombres qui devient le centre d’intérêt du curieux, l’objet de la recherche arithmologique. On passe du simple au complexe, du familier à l’étrange, du compris à l’incompréhensible, de l’utile au carrément inutile.

Ensuite tout le monde croit savoir ce que c’est que le nombre... mais peu de questions font l’objet de davantage de méprises. Il y a la tendance naturelle (qui n’est pas à condamner mais à constater) qui consiste à réduire la signification de la question à celle-ci « Qu’est-ce qu’un nombre entier ? ». Les philosophes sont coutumiers du fait... comme si celui qui savait définir l’entier avait tout compris au nombre, comme s’il pouvait passer au nombre en soi, à l’idée la plus générale qu’on puisse avoir du nombre, dans la seule foulée de cet effort qu’il aurait fourni pour définir l’entier (en commençant avec 1 et pas 0 !). Maintenant, pour rebondir sur l’extension de l’ensemble des types ou espèce de nombres, une question comme « 3/3 est-ce un nombre ? » donne des réponses divergentes de la part du public. La réponse « non » est souvent justifiée par l’idée qu’il s’agit non pas d’un nombre mais d’une opération sur deux nombres. Ce qui se dévoile alors est la fragilité de la compréhension de la logique propre du symbolisme mathématique, partant du sens de l’égalité en mathématiques.

Dans l’histoire des idées, au fur et à mesure que la mathématicien enrichissait son bestiaire d’espèces nouvelles un tri a pourtant été fait. Quelques espèces mutantes ou déviantes comme le nombre infinitésimal ont disparu. Bien d’autres ont été reconnues, à force de discours rationnels et de justifications pragmatiques. Des philosophes à l’instar de l’évêque Berkeley ont eu des idées très arrêtées sur les mathématiques de leur époque, condamnant au nom de la rigueur, voire de la Raison, des innovations de mathématiciens audacieux, comme Newton. Et on trouve encore dans des textes de métaphysique du début du XIXe siècle, chez les idéologues comme Maine de Biran, des refus de considérer le nombre –1 comme un nombre car il ne s’agirait que d’une opération non pas d’une réalité objective. L’histoire des idées, c’est donc aussi l’occasion d’évoquer quelques belles inventions comme 0, Pi, √2, i.

Enfin, celui qui manipule des nombres, opère sur eux des calculs, confronte ses résultats à la réalité matérielle, est sans doute en droit de poser la question de l’existence, de la réalité du nombre indépendamment de l’esprit qui le conçoit ou du système de numération qui le rend manipulable. Les nombres existent-ils ? Pré-existent-ils à leurs inventeurs ? Que sont-ils s’ils le peuvent ou s’ils ne le peuvent pas ? La question demeure ouverte. Un mathématicien comme Alain Connes tient par exemple fermement à l’idée d’une réalité indépendante des objets mathématiques, non pas tout à fait platonicienne mais bien sous le signe d’une certaine éternité. Un philosophe contemporain comme Karl Popper a de son côté construit une théorie des mondes compatible avec une réalité indépendante des nombres. D’après lui il existe un monde, le « monde 3 » pensé par opposition à un premier monde, le « monde 1 » des choses matérielles et un second, le « monde 2 » des états de conscience. On peut y ranger des êtres ni matériels et solides ni mentaux et intangibles mais logiques, universels, comme les nombres ou bien, de manière plus générale, les idées, les règles d’inférence et théories qui leur servent de fondement.

PDF - 340.1 ko
Intervention - part. 1
PDF - 392.6 ko
Intervention - part. 2

Mathématiques

Cet atelier (partie mathématique) s’est déroulé en dehors du cours de mathématiques en classe entière sur une durée de 12 heures (1 heure hebdomadaire). Il avait pour but de souligner différents points abordés, en parallèle, en cours de philosophie où les élèves ont pu recevoir une initiation à la philosophie autour du thème : « Qu’est-ce qu’un nombre ? ».

Effectif de la classe : 35 élèves. Niveau : assez bon dans l’ensemble.

Objectifs :
– Faire prendre conscience aux élèves : qu’un nombre possède une infinité de représentants, que manipuler un nombre revient à manipuler un de ses représentants.
– Montrer aux élèves la diversité des nombres au travers de quelques exemples.
– Et surtout susciter leur curiosité.

PDF - 524.7 ko
Mathématiques


Commentaires

Annonces

Prochains rendez-vous de l’IREM

Séminaire EDIM-IREM

- Mercredi 8 mars 2017, 14h-18h, PTU, Saint-Denis, salle S23.6
- Mercredi 12 avril 2017, 14h-18h, campus du Tampon
- Mercredi 3 mai 2017, 14h-18h, PTU, Saint-Denis, salle S23.6
- Mardi 13 juin 2017, 14h-18h, campus du Tampon
- Mercredi 14 juin 2017, 14h-18h, PTU, Saint-Denis, salle S23.6

Semaine des mathématiques

Du 23 mars au 4 avril 2017 dans l’académie de la Réunion.


Brèves

Décès de Kenneth Arrow

mercredi 15 mars

La vedette de la théorie du choix social, bien connue de nos lecteurs, est décédée récemment, à l’âge respectable de 95 ans.

CHAOS : une aventure mathématique

vendredi 8 mars 2013

CHAOS est un film mathématique constitué de neuf chapitres de treize minutes chacun. Il s’agit d’un film tout public autour des systèmes dynamiques, de l’effet papillon et de la théorie du chaos. Tout comme DIMENSIONS, ce film est diffusé sous une licence Creative Commons et a été produit par Jos Leys, Étienne Ghys et Aurélien Alvarez.

Sur le Web : CHAOS

Rencontres Mondiales Du Logiciel Libre Décentralisées à Saint-Joseph

mardi 28 juin 2011

C’est une manifestation qui aura lieu sur 3 jours, avec de nombreux
ateliers et conférences sur les logiciels libres.
C’est vendredi 1, samedi 2 et dimanche 3 juillet.

C’est une première dans l’île, petite soeur des Rencontres Mondiales du Logiciel Libre nationales qui se déroulent chaque année.

Le site des rencontres réunionnaises se trouve ici :
http://2011.d.rmll.info/

Yves Martin y donnera une conférence d’introduction à la géométrie hyperbolique avec CarMetal, Alain Busser parlera de sa contribution en tant que développeur à CarMetal et Nathalie Carrié présentera un logiciel d’élaboration de connaissances.
De nombreux ateliers vous y attendent : Ruby, Smalltalk, Stellarium, Audacity, Freeplane et d’autres encore...

Il y aura un « repas du libre » le samedi soir, si certains veulent s’y
inscrire en ligne.
Il y aura même une conférence sur l’agriculture libre.

Merci de consulter le programme régulièrement pour plus d’infos.

Médailles Fields 2010

mardi 24 août 2010

Les noms des quatre médaillés Fields 2010 ont été dévoilés lors de la cérémonie d’ouverture du Congrès international des mathématiciens à Hyderabad :

- Elon Lindenstrauss
- Ngô Bào Châu
- Stanislas Smirnov
- Cédric Villani.

Sur le Web : ICM 2010

L’univers de Labomath sur Netvibes

dimanche 23 mai 2010

Quand on aime les maths et qu’en plus on est prof de maths, on ne peut pas passer à côté de cet univers mathématique créé par Kostrzewa Bruno, auteur de l’excellent site personnel Labomath.
Il vous donnera peut-être envie de vous créer votre propre espace sur Netvibes et votre propre univers mathématique.
Allez-voir, c’est hallucinant !
Nathalie Carrié

MathRider : L’outil ultime ?

mardi 24 novembre 2009

MathRider ressemble un peu à Maple (serveur de maths avec calcul formel). Mais il est plus léger (moins de fonctionnalités, on s’y retrouve donc mieux). Et il est conçu pour faire de la programmation...

Cette suite logicielle (dedans il y a 3d-Xplor, GeoGebra, LaTeX etc.) est multiplateforme et les exemples correspondent assez bien au programme actuel du Lycée. Le seul reproche qu’on puisse lui faire est que l’aide est en Anglais (mais de toute façon si on veut programmer on écrit souvent des « for » et des « while »). Le chapitre sur les branchements conditionnels fait appel à un vocabulaire assez original.

Le moteur de calcul formel, MathPiper, est celui qui a été incorporé à GeoGebra.

Le blog du prof geek

lundi 16 novembre 2009

Voici un blog publié sous licence Creative Commons à consommer sans modération pour les enseignants qui utilisent l’outil informatique (et les TICE).

J’ai adoré notamment la vidéo sur le cahier de textes en ligne.

Blog découvert dans le Café pédagogique de ce matin.

Nathalie Carrié

Sur le Web : Le blog du prof geek

Cours vidéo en ligne pour le collège

dimanche 30 août 2009

Philippe Mercier, professeur à Morhange (Moselle), a mis en ligne un cours vidéo couvrant l’ensemble du programme de mathématiques du collège, de la 6e à la 3e. Cet outil pédagogique peut être utile aux collégiens, aux parents d’élèves, aux personnes en formation continue et aux formateurs. Le cours est complété par un forum d’aide en mathématiques.

Un merveilleux travail mathématique et artistique

jeudi 25 juin 2009

Maria Carla Palmeri est professeur de mathématiques dans un collège de Florence (Italie). Cette année, elle a fait utiliser Cabri à ses élèves de 11 ans, une heure par semaine pendant toute l’année. Il en est résulté une magnifique vidéo mettant en scène quelques-unes de leurs constructions et animations : Le Fabuleux Monde de Cabri.

Galeries CaRMetal

dimanche 19 avril 2009

Le site CaRMetal autorise depuis le 19 avril la possibilité pour les utilisateurs de mettre en ligne leurs propres galeries. Un premier diaporama venant de notre IREM est disponible (sur l’aimantation). D’autres (Alain ?) devraient suivre assez rapidement.

Statistiques

Dernière mise à jour

samedi 18 mars 2017

Publication

735 Articles
Aucun album photo
128 Brèves
11 Sites Web
126 Auteurs

Visites

1090 aujourd'hui
1250 hier
1960453 depuis le début
24 visiteurs actuellement connectés