Conte mathématique 1 : Jacqueline et les deux pots

jeudi 25 août 2011
par  Nathalie AH-PINE , Nathalie ROZÉ

Compte rendu d’un atelier de contes mathématiques écrits par une classe de sixième du collège Henri-Matisse à Saint-Pierre de la Réunion.

- Écriture de contes mathématiques
- Conte mathématique 1 : Jacqueline et les deux pots
- Conte mathématique 2 : Le problème de M. Tétia
- Conte mathématique 3 : Zaphir et les cerises de café


1 - Il était une fois une vieille artisane qui s’appelait Jacqueline. Elle habitait dans une petite case créole bien entretenue. Le toit était recouvert de bardeaux et il y avait trois losanges sur la façade. Le losange du milieu est l’oeil protecteur de la maison. Un jour, Jacqueline mit sa capeline pour se protéger du soleil parce qu’il faisait très très chaud. Elle alla dans la forêt où il y avait plein de goyaviers, de tamariniers et de fougères. Jacqueline était venue dans la forêt pour chercher quelque chose de très précis : c’était le choca ! Elle chercha, chercha, et trouva enfin les feuilles de choca, mais elle avait besoin de sa râpe pour éplucher le choca, c’est-à-dire pour retirer le vert de la feuille et obtenir le fil. Cet outil était dans sa cabane en bois tout au fond du jardin. Quand elle le traversa, elle passa près des jamalacs et s’arrêta au pied du bananier. Elle ouvrit la porte qui grinça. Il faisait très sombre et il y avait aussi des toiles d’araignée. Pour trouver sa râpe, elle tâtonnait partout. C’est alors qu’elle sentit une surface lisse. Elle sortit de la cabane et vit que c’était un livre en cuir noir. (Maurine)

2 - Sur la couverture, le titre était écrit à l’encre rouge : Grimoire de Grand-Mère Kalle. Elle l’ouvrit et le feuilleta. Le papier était vieux et jaune. Elle trouva la recette d’une potion magique : « Comment rendre ses petits enfants heureux ? » Elle était très contente parce qu’elle aimait beaucoup les siens. Dans les ingrédients, il fallait un demi-litre d’eau par enfant, c’est à dire quatre litres pour ses huit petits enfants, et du curcuma. (Olivier)

3 - Elle se dirigea vers la cuisine extérieure. Tout était noir à cause de la fumée. Elle chercha un pot de quatre litres, mais il n’y en avait pas. Elle trouva seulement un pot de trois litres et un pot de cinq litres qui étaient par terre. Elle aurait pu aller au marché, mais c’était trop loin. Elle se dit : « Il va falloir faire avec ce que j’ai pour trouver quatre litres ». Elle alla ensuite puiser de l’eau au puits. (Loïc)

4 - Jacqueline mit les mains sur les hanches et regarda les deux pots. Quand elle était petite, elle allait à l’école et elle adorait les mathématiques. Elle se dit : « Je vais faire une opération, avec des 3 et des 5 : 3 + 3 + 3 – 5 = 4 ». Alors, elle commença à prendre le pot de trois litres et versa l’eau dans le pot de cinq litres. Au bout de la deuxième fois, ça se mit à déborder, ce qui commença à la contrarier. Elle regarda par la fenêtre et vit entrer un cardinal. Le petit oiseau but un peu d’eau dans le pot de cinq litres. Jacqueline aurait préféré que le cardinal boive un litre entier ! Elle décida de faire des expériences. (Nicolas)

Elle remplit le pot de cinq litres. Elle le vida dans le pot de trois litres jusqu’à ce qu’il soit plein. Il restait donc deux litres dans le pot de cinq. Elle jeta l’eau du pot de trois litres et y versa les deux litres. Elle remplit à nouveau le pot de cinq litres.

5 - Tout à coup, quelqu’un frappa à la porte.

« Bonjour Madame Jacqueline.

– Bonjour Monsieur le facteur. Vous venez m’apporter le courrier, merci. Voulez-vous un peu d’eau ?

– Oui, bien sûr, pour mon âne. »

Le facteur vit les deux pots. Il prit celui de cinq litres pour remplir celui de trois litres, car c’était moins lourd. Jacqueline, qui avait vu le facteur faire l’opération, comprit que comme il y avait deux litres d’eau dans le pot de trois litres et que, quand le facteur avait versé l’eau du pot de cinq litres dans l’autre, il avait versé un litre d’eau pour le remplir, par conséquent, il restait quatre litres d’eau dans le pot de cinq litres. « Lé bel !!! », s’écria Jacqueline, toute contente d’avoir trouvé une solution à son problème. (Mélody)

6 - Jacqueline versa les quatre litres d’eau dans la marmite qui bouillait sur le feu. Elle mit les fils de choca. Elle prit un pilon et du curcuma qu’elle écrasa avec un calou. Ensuite, elle l’ajouta à la préparation pour teinter la corde de choca. Elle fit des tresses et les cousit pour fabriquer des savates. (El-Hade)

7 - Le soir de Noël, Jacqueline déposa les savates sous le sapin pour recevoir des cadeaux. Elle mit aussi des letchis pour le Père-Noël. Sur la table, il y avait une dinde, des bûches et des longanis. Avant minuit, ses petits enfants arrivèrent. Quand l’horloge sonna, ils enfilèrent les savates magiques qui leur donnèrent envie de bouger et de danser. Il devinrent heureux, gentils, mignons, souriants. Il riaient, couraient, jouaient. (Anthony)

C’ÉTAIT UN NOËL FORMIDABLE !!!!


Commentaires